Gwenolé Leroy

“Tout ce qui est exquis mûrit lentement"

Apprendre à perdre son temps

Ecouter la terre et le légume, réapprendre les temps longs, savoir procrastiner, attendre et attendre encore que le légume soit à son apogée. Produire peu, faire peu de réferences pour en maitriser totalement la qualité.
Voila en quelques mots, le crédo, le modèle économique, la philosophie de vie que Gwenolé Leroy a choisi de suivre.

La politique du rendement à Mentaffret, on ne connait pas. Ici, les machines motorisées n’ont jamais passé le seuil de la ferme.
Ici, on travaille la terre avec l’aide des rois des lieux que sont les ânes et autres objets hétéroclites trafiqués par notre géo trouvetout de maraicher; comme ce grattoir à roue de velo qui permet de bîner la terre aux abords des plants de légumes. La notion du temps long prend donc ici aussi tout son sens au travers du choix d’outils de production se situant à l’opposé de la notion de rendement intensif.

Gwenolé Leroy figure montante du maraichage breton trouve donc ses racines à mi-chemin entre un Huckleberry Finn et un Asafumi Yamashita.
Difficile également de ne pas voir planer au-dessus de son travail l’ombre du très regreté Christophe Collini ne serait-ce que pour le combat commun que Christophe a instigué et que Gwenolé perpétue: celui pour la sauvegarde des semences paysannes.

Bien plus que des tomates

Gwenolé Leroy s’est d’abord fait remarquer par la fine fleur des chefs finistériens pour son travail sur les tomates, dont sa fameuse tomate blush aux notes sucrées devenue aujourd’hui son égérie.

Le chef de la butte à Plouider, Nicolas Conraux ne s’y trompe pas en étant un des premiers à mettre à sa carte les fabuleux légumes du maraicher de la ferme de Mentaffret. D’autres chefs ne tarderont pas à lui emboiter le pas dont Romain Pouzadoux, chef du restaurant l’imaginaire à Brest qui contribura à mettre en avant les produits de Gwenolé au travers notamment des déjeuners champêtres qui ont lieux une fois par an directement à la ferme en plein coeur des potagers.

Mais, il n’y a pas que des tomates qui poussent à Plouescat. Fraises de pleine terre, raisins, coco de paimpol, choux oubliés, carottes extraordinaires dont la fameuse carotte sang de Gwenolé, rhubarbe etc etc. La production varie selon les saisons mais ne depasse rarement la dizaine de varietés. Ainsi est le prix de la haute qualité, faire peu mais accompagné le légume jusqu’à son paroxysme gustatif.

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin

L’inconvénient de produire peu, c’est qu’il est parfois difficile d’en vivre.
Soit parce que la demande est largement supérieure à l’offre soit parce que les modes de consommation sont tels que personne ne va aller faire le déplacement jusqu’à Plouescat uniquement pour aller acheter les trois ou quatre variétés de légumes que Gwenolé produit à cet instant T, aussi exceptionnels soient-ils.
Le risque de produire peu de varietés est que l’on se coupe des aspirations du client à force de ne pouvoir proposer qu’un choix limité. De plus, les produits de Gwenolé Leroy ne se trouvent sur aucun marché.

Offre de production limitée et réseau de distribution inexistant, il fallait donc trouver une solution.
Voilà donc qu’arrive l’idée de créer les voisins bio
En effet, si Gwenolé est un peu la figure de proue de la haute qualité maraichère dans le Finistère, il n’est pas un homme isolé. La ferme de Mentaffret est entourée d’autres paysans/maraichers qui travaillent de façon tout aussi irréprochable quant à la qualité de leurs fruits et légumes et aux démarches mises en oeuvre pour produire.
Ces hommes et femmes brillants qui produisent une offre complémentaire ont donc décidé de s’associer pour créer les voisins bio et ainsi vendre une production variée, de haute qualité via un maillage de points dépôt dans lesquels on vient chercher, près de chez soi, chaque semaine son panier commandé via le site.

Vivant éloigné de toute forme de réseaux numériques, ne recherchant surtout pas quelque forme de gloire et encore moins de starification, Gwenolé est un homme tourné uniquement vers son travail.
La recherche de la perfection ne le guide pourtant pas, arrivé à produire du mieux possible dans les conditions qui sont les siennes est déjà une forme de réussite. Voilà, du moins, le discours qu’il tient à qui veut l’entendre.
Au vu de la qualité incomparable de ses légumes, nous sommes tentés de croire qu’il cultive la modestie aussi bien que les tomates. Il demeure que son travail est indiscutablement aujourd’hui un étalon de mesure sur lequel nous nous appuyons (ainsi que la plupart des chefs qui ont la chance d’accéder à ses produits) pour définir ce qu’est un légume hors norme.

Tomates Gwenole Leroy

Magnifiques tomates de Gwenolé Leroy

Gwenolé Leroy

par Feed/Me
1